News-Eco.com - Diffusion de communiques de presse en ligne.


Services aux entreprises | Agence bpr France | 04-10-2011 | APPARTAGER.COM révèle les résultats de son étude comparative sur la colocation en France, Grande-Bretagne, Espagne et Italie.

APPARTAGER.COM révèle les résultats de son étude comparative sur la colocation en France, Grande-Bretagne, Espagne et Italie.


En août 2011, la Grande-Bretagne est le pays le plus cher en matière de colocation, talonné de près par la France qui compte peu d'offres et des demandes en pleine croissance !

Sur les 4 pays européens concernés par cette étude comparative, la Grande-Bretagne est, à la vue des chiffres d'août 2011, le pays affichant le prix moyen à la colocation le plus élevé.
Avec un loyer moyen qui culmine aux alentours de 421 €, elle occupe, sans surprise, la première place de ce classement mais est désormais suivie de très près par la France qui affiche un loyer moyen de 400 €. Viennent ensuite l'Italie (315 €) et enfin l'Espagne (250 €).

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la crise économique, qui impacte aujourd'hui l'Europe, conduit le marché de la colocation à réagir de façon similaire à celui de l'immobilier en général et locatif en particulier : on observe une augmentation du prix moyen des loyers dès que l'écart entre l'offre et la demande se creuse excessivement.
En s'appuyant sur le nombre total des offres et des demandes sur le site Appartager.com, il apparaît que la France, qui dispose d'un parc immobilier insuffisant compte tenu de sa forte courbe démographique, est en passe de rejoindre la Grande-Bretagne qui est traditionnellement le pays dont le loyer moyen pour une colocation est le plus cher. Il est alors intéressant de noter que ces deux pays, qui occupent la tête du classement, affichent sensiblement le même rapport entre l'offre et la demande, soit environ 1 bailleur inscrit pour 5 locataires potentiels.

L'Italie et l'Espagne ont pour leur part un rapport plus équilibré (1 pour 2,2), ce qui induit en partie, des prix moyens plus modérés. Avec un loyer moyen de 250 €, l'Espagne reste encore le pays qui affiche les prix les plus bas, grâce notamment à l'abondance de son offre, résultat d'une politique nationale jusqu'alors tournée vers la construction comme levier de croissance économique, combinée aux actuelles difficultés économiques du pays. Pour cette dernière raison, de nombreux propriétaires se tournent maintenant vers la colocation pour rentabiliser leur bien immobilier à défaut de pouvoir le vendre, faute d'acheteurs.



En France, la colocation, jusqu'alors plutôt privilégiée par les étudiants (environ 50% des demandeurs en août 2011), est également aujourd'hui une solution retenue par un nombre croissant de jeunes actifs (39%). Une alternative qui leur offre de sérieux avantages matériels et budgétaires : loyers raisonnables, espace à vivre plus grand, convivialité et lien social.

Les Britanniques sont de loin les plus nombreux à fréquenter et à utiliser les services du site Appartager.com dédié à la colocation (dans sa version anglaise), preuve de leur adhésion plus ancienne, aujourd'hui bien intégrée, au système de la colocation comme solution à la crise du logement et à la flambée des loyers. Ici, les profils sont inversés : une large majorité d'actifs (55%) contre 33% d'étudiants. En revanche, les résultats italiens montrent clairement que la colocation demeure encore et toujours une pratique recueillant majoritairement les faveurs des étudiants (64% contre 15% d'actifs).



Les prix à la colocation dans les grandes villes européennes les plus demandées : capitales, pôles universitaires et … qualité de vie sont les principaux critères de prix
Au-delà des différences tarifaires évoquées précédemment entre les 4 pays, c'est en toute logique que l'on retrouve en tête de ce classement des loyers moyens, les capitales et les grandes villes à proximité de grands pôles universitaires, notamment Cambridge et Oxford, villes universitaires par excellence. D'autres arguments sont également à considérer pour mieux comprendre les tarifs affichés par certaines villes. Avec Nice et Marseille pour la France ou encore Brighton pour la Grande-Bretagne, la qualité de vie a un coût. Ce sont de grandes villes de bord de mer, étudiantes et dynamiques de surcroît qui offrent une douceur de vivre unanimement reconnue et supérieure à la moyenne.


Bailleurs et locataires : qui sont-ils et que recherchent-ils ?
Majoritairement, les bailleurs Britanniques et Français sont professionnellement actifs et propriétaires de leur appartement. En toute logique, leur moyenne d'âge est supérieure à celle des demandeurs (environ 30 ans de moyenne contre 24 ans pour les demandeurs).
Seule exception pour l'Italie, où le nombre des offrants est le plus haut de tous les pays concernés et représente majoritairement des étudiants, déjà locataires, recherchant eux-mêmes de nouveaux colocataires. Cette particularité place les Italiens en tête du nombre des utilisateurs / offrants du site Appartager.com, devant (par ordre décroissant) les Britanniques, les Espagnols et enfin les Français. Les demandeurs en recherche d'une colocation sur Appartager.com, sont majoritairement masculins en Grande Bretagne (55%), en Italie et en Espagne (51%) mais plutôt féminins en France (52%).

Les bailleurs proposent généralement de louer des chambres simples (1 personne), à l'exception des Britanniques qui, à 67%, proposent des chambres doubles. Quant au nombre de pièces du logement réservées à la colocation, Britanniques (28%), Espagnols (47%) et Italiens (34%) en dédient 3 alors que les Français (31%) plutôt 2.

En revanche, tous les offrants sont unanimes : ils préfèrent un engagement sur le long terme et recherche un profil non-fumeur, sans enfant et sans animal de compagnie. Il est savoureux de noter que sur l'expression de ces préférences, on frôle l'accord parfait entre demandeurs et offrants.



imprimer ce communiqué | fermer la fenêtre