News-Eco.com - Diffusion de communiques de presse en ligne.


Immobilier | Site Leader Immobilier | 15-04-2008 | Compte-rendu du salon de l'immobilier du 10 au 13 avril 2008

Avant-hier [dimanche 13 avril], s’est clôturé le salon de l’immobilier à Paris – porte de Versailles qui avait débuté jeudi 10 avril dans un contexte de marché immobilier plutôt confus. Certains prédisaient une forte chute des prix, d’autres en ralentissement qui enfin collerait à l’inflation, ou encore, pour d’autres, les prix continueraient de grimper. Qu’en est-il de ces affirmations après 4 jours ?

Le salon de l’immobilier a accueilli cette année 35 212 visiteurs. Bien que la fréquentation ait légèrement baissé par rapport à l’édition 2007 (37 000 visiteurs), une chose est sûre : les conférences ont attiré beaucoup de monde (15% des visiteurs). Les salles étaient souvent combles, soit une moyenne de 130 personnes assises pour environ 140 places disponibles. Pourtant, il était bien difficile d’en ressortir avec un seul son de cloche. Mieux valait-il avoir une forme olympique pour suivre les discours si différents les uns des autres. Les promoteurs immobiliers, les Notaires ou encore la FNAIM n’ont pu trouver un terrain d’entente sur les prix de l’immobilier, le nombre et les délais de transaction. La flamme de ces débats n’est donc pas prête de s’éteindre.

Le salon de l’immobilier n’a donc pas permis d’éclaircir la vision du marché immobilier français actuel. Le bilan reste en demi-teinte. Reste à espérer que le salon de l’immobilier – espace Champerret, au mois de septembre, permettra de clarifier la situation du marché.

Néanmoins, la tendance maussade du marché n’a pas empêché les visiteurs de venir chercher des informations dans l’optique d’un achat futur et même de venir pour investir. C’est ce qui a été ressenti lors des 40 conférences. Des contacts ont été pris, des affaires ont été passées. Cela confirme les prévisions de certains professionnels qui penchent plutôt pour une stagnation, un atterissage en douceur du marché, qu’une véritable rupture.


imprimer ce communiqué | fermer la fenêtre